Sélectionner une page

Date de l’article : 20 mars 2018

Scolarisation d’enfants étrangers de parents en situation irrégulière et squat de pavillons vacants à Athis-Mons –  Cessons le laxisme ! Expulsons les clandestins :

Des associations pro-clandestins violant la loi de la République ont saisi la justice après le refus de la commune d’Athis-Mons d’accueillir dans ses écoles une cinquantaine d’enfants de parents en situation irrégulière qui squattent depuis près de deux ans, en toute impunité, des pavillons vacants du quartier pavillonnaire de la Cité de l’Air. Deux ans se sont écoulés sans qu’aucune sanction ne soit prononcée contre ces clandestins. La prime à l’illégalité est en marche. Le tribunal administratif a fait également savoir dans un communiqué en date du 19 mars 2018 que « les décisions par lesquelles le maire d’Athis-Mons avait refusé d’inscrire à l’école une cinquantaine d’enfants syriens étaient annulées et lui était enjoint de procéder à leur inscription dans un délai de 15 jours ».

La scolarisation automatique et gratuite à l’école pour les enfants étrangers de parents en situation irrégulière, constitue une nouvelle pompe aspirante de la submersion migratoire qu’elle soit légale ou clandestine, et demeure incompréhensible au moment où le gouvernement ferme des centaines de salles de classe.

Ces fermetures de salles de classe qui sont l’illustration dramatique d’une école en crise, de l’aggravation de la détresse sociale des familles françaises et qui impliquent de n’autoriser l’accès et la gratuité de l’école aux enfants d’étrangers en situation régulière qu’après un délai de carence.

La solidarité nationale doit s’exprimer en priorité à l’égard des millions de nos compatriotes qui souffrent et vivent dans des situations de grande précarité.

 

Le Front National de l’Essonne exige de :

-Revoir le droit d’asile dévoyé de sa philosophie d’origine devenu  aujourd’hui une véritable filière à part entière de l’immigration clandestine massive,

-Supprimer ces appels d’air incessants en retirant de notre droit toute possibilité de régularisation des clandestins,

-Expulser systématiquement les illégaux présents en France,

-Rétablir de toute urgence les frontières nationales pour mettre un terme à la submersion migratoire.

 

Audrey Guibert,

Déléguée départementale,

Conseillère régionale d’Île-de-France,

Conseillère municipale de Savigny-sur-Orge

 

Et

 

Evelyne Diet,

Conseillère municipale d’Athis-Mons